Leçon 3, Chapitre 6

La reformulation (partie III)

Aubry Ingrid 2 décembre 2021
Progression du Leçon
0% terminé

Suite à l’exercice, nous avons trouvé :

Informations essentielles

  • Un nouveau mouvement mondial, baptisé Slow, prône la lenteur pour une meilleure qualité de vie.
  • Dans les pays industrialisés, nous sommes devenus quasi tous prisonniers de la vitesse.
  • Conséquence : les cabinets médicaux sont envahis de patients atteints d’affections liées au stress, allant des insomnies aux troubles gastro-intestinaux.
  • Le stress est devenu une cause principale d’absentéisme au travail.
  • La vie à toute allure cause aussi des dégâts à la famille qui ne parvient plus à communiquer.
  • Les suicides d’adolescents sont en hausse en Occident.

Informations accessoires

  • Lorgner sa montre au moins dix fois par jour
  • Lire le journal ou manger devant la télévision
  • Bâcler l’histoire du soir avant de coucher son marmot.
  • Se transformer en bête enragée au volant quand on est ralenti par un automobiliste moins pressé que nous.
  • Être sur le point de balancer le clavier à la poubelle lorsqu’une page Internet se charge un peu moins rapidement que d’habitude.
  • Au restaurant, demander l’addition avant même d’avoir entamé leur dessert.

Vous pouvez constater que des informations essentielles développent la thèse de l’auteur, font progresser son raisonnement. En revanche, les informations accessoires sont des exemples factuels qui soutiennent et viennent corroborer la thèse mais constituent des redites : dans notre vie quotidienne, nous ne prenons plus le temps de vivre.

Vous pouvez également constater que l’ensemble des idées essentielles vous propose le plan de votre résumé.

En nous basant sur les informations essentielles, nous pouvons donc proposer le résumé suivant :

Face aux hommes pressés que nous sommes devenus, « Slow » est un mouvement qui célèbre la lenteur afin améliorer notre qualité de vie. N’est-ce pas une initiative salutaire ? En effet, beaucoup d’entre nous sont atteints de ce que l’on appelle la « maladie du temps » car le moindre retard dans leur course effrénée les agace, voire les énerve prodigieusement. La conséquence de cette attitude névrotique se répercute tout d’abord sur notre santé : ce stress provoque quantité d’affections – allant des insomnies aux troubles gastro-intestinaux –  et est une cause principale d’absentéisme au travail. Enfin, cette hâte sans fin affecte malheureusement aussi les rapports familiaux : on ne communique plus vraiment, on passe de moins en moins de temps ensemble et, en Occident, les suicides des adolescents sont en hausse.